Les expositions de mode ont le vent en poupe en France à l’heure de la pandémie

En cette période de crise sanitaire du Covid-19, les expositions de mode continuent d’avoir une bonne cote auprès des Français. De l’histoire des pierres précieuses à la première rétrospective Channel pour ne citer que ces deux, les possibilités ne manquent pas.

Ils sont nombreux ces Français qui prennent d’assaut les musées de mode afin de se délecter de leur riche collection.

Un réel engouement des Français pour les valeurs culturelles

La préférence des Français pour les valeurs culturelles est une réalité et cette appétence se confirme à l’heure de la crise du Covid. Comme l’explique Olivier Saillard à l’AFP, un historien de mode, cette situation serait justifiée par l’accessibilité des expositions de mode. Ce dernier assure la présentation du second volet de l’exposition qui met en avant les créations de Christobal Balenciaga et d’Azzedine Alaïa. À l’image de nombreux événements de la même nature, cette dernière a eu lieu à la fondation Alaïa à Paris. L’inauguration de cette exposition s’est par ailleurs faite dans le cadre du de la Fashion week parisienne. Celle-ci étant dorénavant virtuelle en grande partie.

L’affluence est toujours de mise malgré le durcissement des restrictions relations au Covid. Pour preuve, les deux semaines d’attente avant d’effectuer la réservation en ligne de l’exposition Chanel au palais Galliera n’ont pas pu décourager les participants. Comme l’avoue Miren Arzalluz, en sa qualité de directrice du palais Galliera, beaucoup de Français entretiennent une relation intime avec la mode. Pour attirer plus de visiteurs masqués, la maison n’hésite pas à dévoiler son style à travers une exhibition de ses produits phares. Parmi ceux-ci, on peut citer notamment les bijoux opulents, le parfum N5, la petite robe noire, le tailleur des années 60 ou encore la marinière en jersey de 1916.

La mode, la nouvelle offre des musées français pour leurs expositions

Les expositions en rapport avec la mode cartonnent auprès du public français. Plusieurs musées de la France s’inscrivent dans cette tendance afin de recueillir un nombre plus important de visiteurs. Le musée des tissus à Lyon propose ainsi des expositions de mode, en promouvant des œuvres de Westwood et d’Yves Saint-Laurent. Ces deux exhibitions ont permis à des personnes dont le nombre est successivement compris entre 350 et 500 et entre 700 et 800 de visiter ce musée lyonnais. Modernisé et entièrement rénové, celui-ci inscrit dès lors la mode dans son programme d’expositions.

Hormis la mode, les arts décoratifs sont également très prisés par les Français amateurs de culture. C’est ce que révèle Mme Monteil qui souligne la nécessité de miser la diversité de l’offre en la matière. Le Muséum d’histoire naturelle à Paris évolue dans ce cadre en misant sur le segment des pierres précieuses qui allie les créations joaillières de la Maison Van Cleef & Arpels et la géologie.

Quant au musée du Luxembourg à Paris, il parie également sur la mode pour séduire les visiteurs en cette période de la pandémie du Covid. Pour ce faire, il propose une exposition au cours de laquelle il présente l’artiste américain Man Ray sous une facette méconnue de photographe de mode. Celle-ci montre la manière dont s’est opérée la diffusion de son esthétique avant-gardiste grâce à des photos réalisées initialement pour la publicité d’un mascara.

 

PARTAGER